Construisons Ensemble LEnvironnement et la Santé des TERritoires

Département des Hautes-Alpes

Qualité de l’air intérieur

Florence Henry
Florence Henry, médecin-coordinateur de PMI pour le Conseil général des Hautes-Alpes, décrit l’étude de procédés de nettoyage respectueux de l'environnement et de la santé dans les structures d'accueil de jeunes enfants. Elle revient notamment sur les moyens à mettre en place pour mener à bien une telle étude.
Point fort méthodologique

Interview de Mme HENRY, médecin-coordinateur de Protection maternelle et infantile (PMI) pour le Conseil départemental des Hautes-Alpes.

Résumé : Florence Henry, médecin-coordinateur de PMI pour le Conseil départemental des Hautes-Alpes, décrit l’étude de procédés de nettoyage respectueux de l'environnement et de la santé dans les structures d'accueil de jeunes enfants. Elle revient notamment sur les moyens à mettre en place pour mener à bien une telle étude. 


A quelles problématiques répond votre action ? 

Notre action répond à la problématique de l'hygiène nécessaire et suffisante dans les lieux d'accueil de la petite enfance. Elle s’inscrit dans un cadre d'absence de recommandations nationales de bonnes pratiques en matière d'hygiène dans les crèches.

Dans quel contexte s'inscrit cette action ?

A la suite des visites que je faisais dans les crèches, j'ai remarqué une disparité des pratiques d'hygiène en fonction du type de formation initiale des professionnel(le)s. Les différentes attitudes (lieux, produits utilisés) à l’égard de la désinfection m’a donné envie de faire un point en termes d'hygiène. 

A quels enjeux du territoire répond le projet ?

Ce projet répond à un enjeu territorial de préservation de l'environnement. Notre sensibilité à l'égard de l'écologie est toute particulière en raison de la dimension très touristique de notre département.

Y a-t-il eu un diagnostic ? L'action s'est-elle réalisée sur un ressenti ou sur une priorité politique ?

Cette action ne résulte pas d'une commande politique mais les politiques ont volontiers rebondi sur les propositions d'étude que nous avons faites.

En termes de diagnostic, nous avons d'abord voulu identifier et quantifier les germes présents au temps zéro dans quatre crèches volontaires. Ces prélèvements ont eu lieu dans les lieux de change, sur les jouets, dans les lits, et les lieux de restauration, notamment. Nous n'avons pas inclus les cuisines car elles sont gérées par des procédures très déterminées. 

Quelle est l'histoire du projet (éléments déclencheurs, opportunités, etc.) ?

A la suite de mon constat sur la disparité des pratiques, j'ai mené quelques recherches et me suis rendue compte qu'il n'existe pas de recommandations nationales de bonnes pratiques en matière d’hygiène dans les crèches.

Je me suis alors dit qu'il serait judicieux de mener une étude pour déterminer ces bonnes pratiques. Les crèches sont un lieu de vie avec de nombreux germes et les enfants sont en train de constituer leur immunité.

Nous avons déposé un appel à projet auprès de l'ARS, sur santé et environnement, pour pouvoir monter une étude avec l'association Ecolo crèche qui permettrait de faire un état des lieux au temps zéro de l'hygiène dans les crèches volontaires et d'essayer de monter un canevas de procédures de nettoyage en fonction des différents lieux d'accueil des enfants. 

Sur quels critères avez-vous priorisé vos actions ?

Le critère du volontariat des participants a été retenu : nous avons mis en place le projet dans les crèches étaient volontaires pour faire la formation avec écolo crèche et participer au comité de pilotage de manière régulière.

Le projet a-t-il été le fruit de concertations, d'échanges, par les parties concernées ? Par la population ?

Nous avons organisé un colloque annuel avec les crèches sur des thématiques particulières, comme la qualité de l'eau, de l'air, qui a fait office de première réunion de sensibilisation. 

Quels sont les objectifs visés par votre action (Finalité, objectifs généraux, spécifiques, opérationnels) ?

Notre action gravite autour de trois grands objectifs :

  • Former les professionnels des crèches à des pratiques de nettoyage respectueuses de l'environnement et de la santé des enfants et qui entrent dans le cadre des moyens à disposition de chaque crèche.
  • Maintenir l'équilibre bactérien. En effet, s'il est bon de supprimer les bactéries pathogènes par le nettoyage, il est aussi nécessaire d'y maintenir la présence de micro-organismes bénéfiques et inoffensifs dont la présence est normale. 
  • Eviter l’exposition permanente des enfants aux produits chimiques.

Quel est le public cible du projet ?

Le public cible du projet est l'ensemble des professionnels des crèches.

Quelles stratégies avez-vous utilisé pour mobiliser le public concerné ?

Nous avons mobilisé le public concerné à travers le colloque que nous avons organisé sur ces thématiques et auquel les crèches ont participé. Mes visites des établissements et mon réseau de connaissances ont également joué un rôle dans cette mobilisation.

Le public a-t-il été impliqué dans la conception du projet ? Si oui, comment ?

Le public n'a pas été impliqué dans l'aspect administratif de notre action. 

Quelle est la durée du projet ?

La majeure partie de l'étude s'est passée entre 2015 et 2017. Il a donc duré trois ans.

Quelle est la temporalité d'un tel projet ? 

Nous avons mis un an entre le moment de l’écriture et la mise en place du projet.

Le projet a-t-il différentes phases ? Si oui, lesquelles ?

  • 2015 : obtention des financements et mobilisation des crèches volontaires.
  • Septembre - décembre 2015 : premières formations dispensées auprès du personnel par l'association Ecolo crèche, après quoi les quatre crèches volontaires ont confirmé leur volonté de participer à l'étude. 
  • Mai 2015 : premier comité de pilotage.
  • Janvier 2016-mai 2016 : état des lieux de l'hygiène des différents lieux avec des prélèvements au temps zéro. Etablissement des procédures adaptables à l'histoire et aux moyens en termes de locaux et de personnel de chaque crèche.
  • Mai 2016-septembre 2016 : application des nouvelles procédures et nouveaux prélèvements. 

Le public participe-t-il à l'action ?

Oui, le public, à savoir le personnel des crèches, est au cœur de l'action à travers les formations que nous avons dispensées avec l’association Ecolo crèche.

Quelles actions ont été mises en place ? Où ? Quand ? Comment ? 

Cf question sur les différentes phases du projet. 

Quel est l'échéancier du projet ? Comment a-t-il été élaboré ?

Le projet s’est étalé sur trois années. Il a été élaboré, administrativement parlant, par la PMI.

Quels ont été les moyens alloués au projet (budget, ressources humaines, formations, moyens techniques, etc.) ?

Nous avons obtenu une subvention de 15 000 euros de l’ARS, qui a servi au financement de la formation, des prélèvements et de l’analyse des échantillons par le laboratoire. En termes de personnel, c’est principalement le personnel de la PMI qui a été impliqué, mais cela n'a pas constitué un temps plein, bien que cela nous ait pris beaucoup de temps.

Comment les expériences de terrains sont-elles remontées aux décideurs ? Aux responsables ? Aux financeurs ?

Les échantillons remontent aux responsables à travers les comités techniques, durant lesquels nous discutions des résultats des analyses. Lorsque certains taux de bactéries étaient insatisfaisants, nous réfléchissions aux facteurs incriminés et aux solutions envisageables.

Il y a-t-il un comité de pilotage ? Si oui, qui le compose ? Quels sont ses objectifs ?

Oui, il y a eu un comité de pilotage, qui comprenait les ingénieurs de l'ARS et du laboratoire départemental, les intervenants d'Ecolo crèche, du département et du PMI, des crèches, et du Comité départemental d’éducation pour la santé (CoDES). Lorsque nous recevions des résultats, nous nous réunissions en comité technique pour réfléchir et discuter des difficultés éventuellement rencontrées.

Combien de réunions comité de pilotage avez-vous organisé ?

3.

Qui a été le coordinateur du projet ? A-t-il différents rôles dans la structure ?

J'ai coordonné le projet.

Quels sont vos partenaires ? Quel rôle ont-ils joué dans le projet (opérationnel, financier, consultatif) ? Comment ont-ils rejoint ce projet ?

Nos partenaires sont l'association Ecolo crèche, l'ARS, le laboratoire départemental, le CoDES, l'association de médecine préventive Groupement des entreprises pour la santé au travail (GEST 05), et le professeur Carenco.

L'association Ecolo crèche, la PMI et l'ingénieur de laboratoire étaient impliqués sur le terrain, pour la formation et les prélèvements. Les autres partenaires nous ont aidé à mettre en place la démarche, à valider nos processus.

Comment avez-vous évalué votre projet ? / Qu'avez-vous évalué (résultats, processus) ?

Les prélèvements étaient nos outils d’évaluation. Nous avons également porté un regard critique sur nos processus, notamment à travers l’avis externe de l’association Ecolo crèche, afin de veiller au bon déroulement de notre action. 

Qui a évalué ?

Le laboratoire de Nancy a évalué les résultats.

Quand l'évaluation a-t-elle lieu ?

L'évaluation a eu lieu tout au long du projet. 

Quels ont été les résultats (quantitatifs et qualitatifs) de l'évaluation ?

Nous n'avons pas constaté d'augmentation des maladies ou des épidémies, ce qui était un bon signe concernant les nouvelles pratiques. Nous avons donc autant évalué les processus que les résultats.

Avez-vous observé des effets inattendus (émergence d'une autre problématique, nouveaux partenariats, etc.) ?

L'un des effets inattendus de ce projet a été la mise en valeur du travail et de l'implication des agents d'entretien qui ont senti leur rôle valorisé au sein de leur structure. 

Si un autre territoire souhaitait reproduire votre action, quels conseils lui donneriez-vous ?

Je pense qu'il est difficile de transférer des recettes toutes faites en termes de pratiques, car il est important de prendre en compte l'histoire du lieu et du personnel avec lequel ce projet est mis en place. Il faut créer une dynamique d'équipe et s'adapter à chaque contexte tout en maintenant un regard critique, notamment à travers une personne ou une entité extérieure comme Ecolo crèche, sur le déroulement du processus. 

Avez-vous identifié des points sur lesquels vous souhaiteriez évoluer et vous améliorer ?

Nous aurions pu mieux quantifier l'impact des nouvelles procédures sur la santé des enfants, par exemple en comparant l'absentéisme des enfants pour maladie avant et après les changements de pratique, ainsi qu’en identifiant les maladies incriminées. Nous pourrions aussi réfléchir à la mise en place de recommandations de bonnes pratiques nationales.

Pouvez-vous identifier un ou plusieurs moments clés attribuables à la réussite de votre projet ? 

Le premier moment clé a été l'obtention des moyens financiers pour réaliser ce projet. Le deuxième point-clé réside en la présence de partenaires volontaires et intéressés, en l'occurrence les crèches, l'ARS, etc.

Comment le public a-t-il été informé de votre action ?

Les directrices des crèches ont rendu compte de l'avancée du projet aux gestionnaires. De notre côté, nous rendions compte à travers la commission. Parmi les crèches, certaines étaient associatives et leur bureau était géré par des parents qui ont été demandeurs d'informations. 

Avez-vous valorisé votre action ? Auprès de qui ? Comment ?

En termes de valorisation, l'association Ecolo crèche a publié un compte-rendu de l'étude sur son site.

Bibliographie

Conseil départemental des Hautes-Alpes - PMI

Etude d’efficacité de méthodes éco-responsables pour le nettoyage des surfaces en crèche
Label Vie, DHREAS de l'Université de Lorraine, PMI du département des Hautes Alpes, 2018-11, 3 p.

Généralités

Retrouver le bon sens pour prendre soin des enfants, Priorités santé, n° 51, 2018-01, p. 11

Laure Le Bihan, Caroline Pommier, Nathalie Lanoé, La mise en place d’un projet Ecolo-crèche, une démarche d’équipe, Métiers de la petite enfance, n° 221, 2015-05, pp. 22-24

Pierre Noley, Pierre Barles,Ecol'air, ADEME, 2018-06

Ce guide accompagne l'ensemble des acteurs concernés dans la mise en oeuvre de solutions pratiques et appropriables permettant d'améliorer la qualité de l'air intérieur dans les écoles et les crèches et par conséquent de limiter les risques sanitaires.


Point méthodo : étude 

La place des chercheurs, pp. 147-161

In : Cécile You, Roselyne Johanny, Christine Ferron (et al.), Intervenir localement en promotion de la santé : les enseignements de l’expérience du pays de Redon-Bretagne Sud. Sept fiches pour accompagner le renforcement des capacités d'action en faveur de la santé et du bien-être de la population, EHESP, 2017-09, 188 p.